Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 180
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubrique

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

 

Armement. Le Sarmat, nouvel ICBM russe
Jean-Paul Baquiast 08/05/2017

Nous avons plusieurs fois rappelé que la meilleure façon pour une puissance nucléaire d'éviter une première frappe elle-même nucléaire est de disposer d'une capacité de répartie en seconde frappe (retaliatory strike ) capable de répondre en toutes circonstances à l'agression initiale.

Pour cela, il faut que cette capacité puisse ne pas être détruite par la première frappe de l'attaquant. La solution généralement pratiquée, notamment par la France, consiste à embarquer les missiles en charge de cette répartie sur des sous-marins difficilement détectables.

Encore faut-que ces missiles de seconde frappe aient des performances suffisantes pour traverser les barrières anti-missiles déployées par l'attaquant. La Russie vient de présenter un nouveau modèle de missile intercontinental (ICBM) disposant de qualités supérieures à celles de tous ses concurrents. Evidemment un tel missile peut également procéder à de premières frappes, mais il est hautement improbable que Vladimir Poutine se livre un jour à cet exercice contre les Etats-Unis.

Il s'agit du Sarmat RS-28 dit aussi Satan 2 destiné à entrer en service en 2018. Les performances annoncées le montrent supérieur à tous ses concurrents, notamment américains. Avec ce nouvel ICBM, la Russie devrait disposer de 10 à 15 années d'avance sur les Etats-Unis, avance non rattrapable par ces derniers compte tenu du fait que la Russie poursuivra dans les années à venir le perfectionnement de ces engins et de l'électronique associée.

Ce missile thermonucléaire est propulsé par un moteur-fusée à ergols liquides Il a été développé par le Bureau d'étude Makeïev1 à partir de 2009 pour remplacer l'actuel RS-20V Voyevoda Satan en sercice depuis 25 ans et dont les performances ont déjà beaucoup inquiété le Pentagone. Sa grande capacité de charge lui permet d'emporter jusqu'à dix têtes de forte puissance ou quinze têtes de puissance moindre, ou une combinaison de têtes nucléaires et de contremesures conçues pour tromper les défenses antimissiles. Sa portée sera d'environ 18.000 km. C'est une réponse de l'armée russe au programme Prompt Global Strike américain.

Une version sur rails sera également proposée.

Le Sarmat disposera d'une version hypersonique utilisable dans les conflits non nucléaires. Sur ce dernier point, les Américains auraient également beaucoup de retard.

Nous n'avons pas de données suffisantes permettant de le comparer au missile français M 51