Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 181
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubrique

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

 

Actualités pour juin 2017

 

Darwin en Turquie
Jean-Paul Baquiast 28/06//2017

On apprend que le ministre de l’Éducation turc, M. Alpaslan Durmus, vient d’annoncer que la théorie de Darwin serait désormais exclue des programmes scolaires et réservée à l’enseignement supérieur.

La théorie de l’évolution est donc renvoyée au cycle universitaire car, dit le ministre, « nous avons exclu les sujets controversés pour les élèves à un âge auquel ils ne sont pas capables de comprendre le contexte scientifique des enjeux ». Plus précisément : « Nous avons essayé d’intégrer nos valeurs locales et nationales au programme. »

Autrement dit, jusqu'à l'Université, la vérité est dans le Coran. Aucune vérité scientifique ne peut donc s’opposer à la foi.


Les mensonges des promoteurs de la voiture sans conducteur.
Jean-Paul Baquiast 28/06/2017

Ralph Nader, le père des écologistes engagés, s'exprime moins souvent qu'autrefois mais avec toujours autant de pertinence. Actuellement, il participe à la campagne de ceux qui accusent l'industrie automobile d'un véritable brigandage organisé, à propos de sa prétention à développer à grande échelle les voitures sans conducteur.

On lira ici un article récent de lui sur ce thème (https://www.counterpunch.org/2017/06/27/driverless-cars-hype-hubris-and-distractions/

Si en termes techniques, de telles voitures seront vite au point, à des coûts acceptables pour l'acheteur, elles ne pourront jamais être utilisées dans les conditions normales du trafic automobile. Elles devront toujours être réservées à des circuits protégés.

Ceci tient au fait, rappelle Nader, que le grand public utilise le plus souvent sa voiture dans des environnements urbains au trafic le plus souvent saturé. Même en y consacrant des milliards d'investissement, il ne sera jamais possible de nouvelles créer de nouvelles voies accessibles à la conduite sans chauffeur. Pour désembouteiller les villes, la seule solution viable serait d'installer un bien plus grand nombre de transports collectifs – ceux-ci pouvant être éventuellement pilotés sur le mode automatique.

Pour Nader, les campagnes de promotion actuellement menées à grande échelle par l'industrie automobile sont pour cette dernière une façon habile de s'attirer l'accès à de nouvelles ressources, alors que globalement le marché automobile sera par la force des choses en récession.

Il semble qu'en Chine, où l'on s'intéresse sur le plan de la recherche technologique au développement de véhicules autonomes, rares sont ceux qui prétendent grâce à eux dégager des villes rendues progressivement invivables par une croissance sans freins du transport automobile individuel.


Hulot, les pesticides et le nouveau gouvernement
Jean-Paul Baquiast 28/06/2017

Il n'a fallu que quelques jours pour mettre Nicolas Hulot, le nouveau gouvernement et Emmanuel Macron lui-même à l'épreuve des lobbies industriels. Contrairement à un engagement de campagne d'Emmanuel Macron, le ministre de l'Agriculture avait déclaré vouloir revenir sur la loi interdisant les néonicotinoïdes tueurs d'abeilles, ceci sous la pression de certains intérêts agricoles estimant ces produits indispensables à la lutte contre divers parasites.

On a appris le 27 que Nicolas Hulot, le nouveau ministre de l'environnement, a immédiatement réagi en affirmant qu'il s'opposerait à cette mesure. Il avait sans doute consulté auparavant le Premier Ministre. Il s'agissait pour Hulot d'une première mise à l'épreuve. Il a bien réagi.

Mais inévitablement il sera rapidement confronté à des dizaines voire des centaines de dossiers analogues mettant en présence des intérêts industriels ou commerciaux multiples et les scientifiques dénonçant les risques à court ou long terme de pratiques jugées dangereuses pour la nature et pour l'homme lui-même.

Hulot fera-t-il face à l'avalanche, quitte à démissionner avec plus ou moins de fracas s'il n'est pas entendu? Sera-t-il soutenu par le gouvernement et par l'Elysée ? Connaissant le poids des lobbies, dont la plupart sont présents, non seulement à Paris mais à Bruxelles comme à Washington,on peut en douter. L'avenir dira ce qu'il en sera.


Détecter les sous-marins par leurs turbulences
Jean-Paul Baquiast 08/06/2017

Il était connu que les sous-marins nucléaires produisent, même à leur profondeur habituelle de croisière d'environ 300m, des turbulences qui peuvent être détectées en surface. Mais on pensait que celles-ci étaient très faibles et ne persistaient pas longtemps. Ainsi ces sous-marins, vecteurs de la force de frappe stratégique, pouvaient échapper à une première frappe et porter en retour des coups désastreux pour l'agresseur. A cette fin, les grandes puissances, dont la France, les font naviguer discrètement dans toutes les mers du monde, de façon à ce qu'ils puissent demeurer en état de riposter.

Ces mêmes puissances ont fait par conséquent beaucoup d'efforts pour localiser, si possible en permanence, les sous-marins de l'adversaire. Mais ceci n'a guère abouti jusqu'à ce jour. Il apparaît cependant que les choses pourraient éventuellement changer. Une étude plus précise des turbulences produites dans l'eau a montré que celles-ci, loin de s'atténuer et disparaître avec le temps et la distance, peuvent au contraire prendre plus d'amplitude, durer de ce fait plus longtemps et laisser des traces sur plusieurs kilomètres. Les causes de ce mécanisme étonnant ne sont pas encore élucidées.

Ainsi une observation fine de la surface de la mer pourrait permettre de détecter ces turbulences, même sur une mer agitée. L'observation pourrait être aérienne et sans doute aussi satellitaire. Dans ces conditions, tous les sous-marins ne seraient pas certes détectables. Mais ceux pénétrant dans des zones jugées stratégiques pourraient l'être et être détruits en conséquence.

L'URSS avait fait des recherches avancées en ce domaine, reprises aujourd'hui par la marine russe. Si bien que l'US Navy, pour ne pas être en reste, a repris ces recherches. Le sujet présente donc une grande actualité. Il trouvera des applications dans de nombreux autres domaines.

Un article du NewScientist fait le point sur cette question.


Première présentation du Stratolaunch
Jean-Paul Baquiast 02/06/2017

 

Stratolaunch Systems, la société du milliardaire Paul Allen, fondateur de Microsoft, vient de présenter l'avion géant Stratolaunch. Avec ses fuselages jumeaux, celui-ci devra permettre de transporter des fusées pour les élever jusqu'à la stratosphère. Ces fusées seront ensuite relâchées avant de continuer leur chemin dans l’espace.

L'avion possède deux fuselages jumeaux et pèse 226 tonnes. Il sera capable de transporter des charges pouvant aller jusqu’à 250 tonnes. Son envergure est de 117m. Il dispose de 6 moteurs du type de ceux utilisés par les Boeing 747.

L'équipe du Stratolaunch prépare à présent les premiers essais qui devraient avoir lieu dès 2019. L'objectif sera de fournir à des clients désireux de placer des fusées en orbite une plate-forme de lancement plus mobile que celles existant à terre.

Pour le non-spécialiste, la fragilité de l'appareil, dont les deux fuselages sont reliés par une seule structure jouant le rôle de longeron, paraît évidente, surtout dans la traversées des turbulences atmosphériques. Mais les concepteurs de l'avion affirment qu'il n'y aura rien à craindre.