Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 182
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubrique

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

Article. Le héros du jour: le tardigrade
Jean-Paul Baquiast 22/07/2017

Grossissement, environ 80

Dans une étude publiée le 17 juillet 2017 par Nature, The Resilience of Life to Astrophysical Events un groupe de chercheurs de Harvard et de Cambridge ont recensé les évènements astrophysiques extrêmes capables de détruire la vie sur Terre. L'étude a conclu que de tels évènements n'auraient que de faibles probabilités de se produire dans les prochains millénaires. L'étude doit ne fut-ce que pour cela retenir notre attention.

Les principales causes décrites sont l'impact de très grands astéroïdes, l'explosion d'étoiles proches prenant la forme de supernova ou un « sursaut de rayons gamma (gamma ray burst), correspondant à une bouffé extrêmemnt destructrice de photons gamma susceptible d'apparaitre de manière aléatoire dans le ciel.

La dernière partie de cette étude identifie les formes de vie animale susceptibles de survivre à de tels cataclysmes. En dehors des virus et bactéries déjà connus pour leur résilience, les chercheurs ont signalé le tardigrade. La presse scientifique et même la grande presse ont donné ces derniers jours un grand écho à cette annonce. Le tardigrade, jusqu'ici pratiquement inconnu sauf des entomologistes, est devenu brutalement la vedette de l'actualité scientifique.

Wikipedia indique que les tardigrades (Tardigrada) ou oursons d'eau forment un embranchement du règne animal, proche des Arthropodes. Ils ont été décrits en premier par Johann August Ephraim Goeze en 1773. Leur nom signifie « marcheur lent » Plus de 1 000 espèces sont connues à ce jour, vivant dans des milieux variés et parfois très rudes. Le tardigrade mesure un peu plus de 1 mm en moyenne et il est le seul animal connu qui peut survivre dans l'environnement hostile du vide spatial. Il peut également résister à des températures proches du zéro absolu et bien au-dessus du point d’ébullition de l’eau (jusqu'à 150 °), il peut faire face à d’intenses pressions et rayonnement, il peut vivre plus de 30 ans sans eau ni nourriture.

Par ailleurs, les tardigrades sont capables d'entrer en cryptobiose, ce qui leur permet de survivre beaucoup plus longtemps. C'est le cas des espèces enfouies depuis des millénaires dans les couches profondes de la banquise et qui reprennent vie active dès que l'on fait fondre la glace qui les enrobe. Les tardigrades ainsi prisonniers dans les glaces polaires pourraient selon certains scientifiques survivre plusieurs millénaires. La cryptobiose désigne un état complètement arrêté du métabolisme. Il s'agit d'un état de stase : totalement inactif, l'individu devient presque indestructible et immortel.

Vie extraterrestre et tardigrades

Les recherches portant sur l'existence de vie organisée dans l'univers attachent dorénavant une grande attention à cette espèce. Il n'est pas impossible en effet que d'autres formes analogues existent sur Mars ou dans certaines planètes du système solaire. Dans ce cas, sur Mars, elles pourraient être les survivantes d'une vie plus riche, proche de celle existant sur Terre, qui auraient disparu à la suite de cataclysmes ayant rendu cette planète inhabitable. Mais observer aujourd'hui des tardigrades vivant sur Mars ne pourra se faire que par une exploration humaine de cette planète. En effet, ils ne se manifesteraient pas d'une façon observable par les instruments actuels.

Le tardigrade pourrait également représenter un vecteur de vie supérieure, passant d'une planète à l'autre, à supposer qu'il puisse être transporté par un astéroïde dans des conditions convenables. Sur Terre, la vie monocellulaire existait depuis au moins 4 milliards d'années. Mais les formes multicellulaires complexes se sont brutalement multipliées, en milieu marin, lors de ce qui a été appelé l'explosion du Cambrien. Parmi les causes d'une telle explosion, qui demeurent encore discutées, ne faudrait-il pas compter l'arrivée sur Terre d'un ancêtre du tartigrade venu de l'espace.

Le tardigrade peut donner naissance à diverses spéculations concernant les modalités selon lesquelles il aurait pu participer à l'apparition d'autres espèces plus complexes. Manifestement, il est resté inchangé, au sein du millier d'espèces qui le représentent. Mais n'a-t-il pas par ailleurs contribué, après l'explosion du Cambrien, au développement d'espèces plus complexes, par l'intermédiaire de mutations adéquates. Les mammifères pourraient en ce cas être considérés comme d'une certain façon descendant d'eux.

Cette question n'est pas seulement théorique. Dans la mesure où une catastrophe cosmologique entrainait la disparition d'animaux plus complexes que le tardigrade, et si celui-ci était le seul à survivre, pourrait-il au long de millions d'années, redonner naissance sur Terre à des espèces intelligentes?