Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 183
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubrique

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

Géopolitique. Les généraux prendront-ils le pouvoir à Berlin?
Jean-Paul Baquiast 23/08/2017

En France, les appels au renforcement des moyens attribués aux forces armées se multiplient. Nous sommes ici les premiers à les relayer.

Voir par exemple la pétition SOS Armée organisée par une organisation issue du milieu militaire et s'étant nommée Damocles Elle signale l'insuffisance des moyens dont dispose l'armée pour lutter contre un terrorisme islamique grandissant. Nous l'avions signé

Les différents mouvements politiques français reprennent ce thème, du Front National à la France Insoumise. Face à l'inaptitude des gouvernements successifs à doter la police et l'armée des effectifs permettant de combattre efficacement le terrorisme islamique, Emmanuel Macron se montrant à cet égard aussi inapte que ses prédécesseurs, ne pourrait-on pas espérer que des généraux assurant le gouvernement de la République réveilleraient enfin les esprits. Aucun général français en activité ou en retraire n'apparait pour le moment désireux de jouer ce rôle, convaincus qu'ils semblent être de la pertinence du principe Cedant arma togae .

Certaines voix isolées situées à la gauche de la gauche s'en inquiètent cependant. Cet appel au renforcement des forces armées ne serait-il pas le début d'un mouvement qui préparerait l'installation en France d'une dictature militaire, sur le mode de ce qui s'était passé au Chili et en Grèce ? Le risque paraît minime, mais un coup d'état militaire ne s'annonce pas à l'avance, et ceux qui le fomenteraient resteraient discrets jusqu'au bout.

Par ailleurs, face aux résistances prévisibles des forces syndicales devant les « réformes » annoncées par le gouvernement Macron, dont seule la classe ouvrière supportera le choc, celles des organisations patronales représentant de grands intérêts financiers transnationaux pourraient être tenté de faire appel à un gouvernement fort, autrement dit à un gouvernement militaire.

Le plus évident exemple d'une telle prise de pouvoir par les militaires est fourni aujourd'hui aux Etats-Unis par la main mise des généraux Kelly, McMaster et Mattis sur la Maison Blanche, Donald Trump étant désormais leur porte-voix sans possibilité d'initiatives propres (Voir notre article )

Jusqu'où et pourquoi renforcer la Bundeswher ?

Au sein de l'Union européenne, en Allemagne qui exerce dorénavant la direction de cette Union du fait de la démission française, le même risque d'un gouvernement militaire autoritaire n'est-il pas à craindre. Dans ce cas, il ne s'agirait pas d'augmenter les moyens consacrés par l'Allemagne à la lutte contre le terrorisme, mais d'en revenir à un gouvernement militaire qui du temps du national-socialisme et avec la complicité de Adolf Hitler, avait neutralisé la démocratie et provoqué la seconde guerre mondiale. A la suite de la défaite nazie en 1945, les Alliés victorieux avaient imposé à l'Allemagne un désarmement strict. La population allemande éprouvée par la guerre l'avait accepté de bon coeur.

Mais les vieux démons du militarisme allemand se transmettent de génération en génération. Dans l'armée, on a rapporté l'apparition de chants nazis ou de saluts hitlériens lors de réunions (fortement arrosées) célébrant une promotion ou un départ. Mais ceci serait trop sporadique pour inquiéter. Par contre, les Etats-Unis qui ont pris, notamment via l'Otan, l'Allemagne sous leur protection face à un prétendu danger russe, seraient très heureux de voir celle-ci se remilitariser, démocratiquement ou non, et apporter de ce fait des moyens bien plus importants qu'aujourd'hui à l'Otan. Trump il y a quelques mois avait d'ailleurs sommé la chancelière Merkel de le faire.

La question se pose dorénavant. Des généraux allemands assurant ou ayant assuré des commandements au sein de l'Otan ne seraient-ils pas tentés par une prise de pouvoir à Berlin? Il ne s'agirait sans doute pas de reconstituer un 4e Reich, mais dans un premier temps d'assurer la reconstitution d'une armée allemande disposant, sur terre, sur mer et dans les airs, de moyens aussi équivalents que ceux de la France, et si possible bien supérieurs. La richesse allemande peut se le permettre. Il ne serait sans doute pas nécessaire de bouleverser la constitution, mais de mettre des hommes compétents aux bonnes places. Le coup aurait évidemment l'appui de Washington. La CIA mettrait les moyens adéquats pour acheter aux bons endroits les hommes politiques et les médias.

Un indice inquiétant en ce sens est fourni par un article (en allemand) que vient de publier dans le journal Süddeutsche Zeitung le général en retraite de l'Otan Hans-Lothar Domröse (voir référence ci-dessous). Il y écrit que l'Allemagne, la plus solide économie de l'UE, ne peut plus désormais échapper à ses responsabilités en matière de défense. Ceci d'autant plus que, selon lui, le monde s'enfonce dans un désordre généralisé.

Il demande pour y faire face des hélicoptères tous temps, des blindés pouvant manoeuvrer en groupes reliés par radio, des forces aéroportées, une marine capable d'opérer efficacement au sein de l'Otan, des appareils aériens pilotés ou non pilotés dont l'Allemagne manque cruellement, des moyens de cyber-defensive et cyber-offensive. Les matériels existant sont trop vieux et en mauvais état de marche.

Il veut surtout des structures de commandement capables de décider seules des offensives à mener et des moyens à y affecter.. L'Allemagne, écrit-il, a compris le besoin, mais les réformes se mettent en place bien trop lentement.

Il va plus loin. Il indique que les militaires allemands méritent, à tous niveaux, toutes les louanges, car ils s'acquittent de leurs tâches avec des moyens bien trop insuffisants. Mais ceci ne doit pas durer. Leurs supérieurs ont le devoir de les soutenir et leurs donner les ressources qui leur manquent.

Au plan politique, les responsables doivent agir pour que l'Allemagne puisse enfin tenir son rôle au sein de l'Otan, grâce à ces nouvelles ressources militaires. Domröse met directement en cause les précédents ministres fédéraux de la défense, issus de la coalition CDU-CSU, zu Guttenberg, de Maiziere et Von der Leyen, qui avait capitulé devant les sociaux démocrates. Manifestement, il se sent de taille à les remplacer. Il sent aussi qu'une grande partie de l'armée allemande le soutiendrait.

Il ne pose pas la question de savoir contre qui cette nouvelle Bundeswher devrait se préparer à se battre. La lutte contre le terrorisme islamique n'exige pas de tels moyens. C'est la Russie de Vladimir Poutine qui est nécessairement visée.


Référence

20 August 2017 Außenansicht Welt in Unordnung, par
Von Hans-Lothar Domröse

http://www.sueddeutsche.de/politik/aussenansicht-welt-in-unordnung-1.3633797